Coverlife dans l’argus de l’assurance

Coverlife dans l’argus de l’assurance

argus

Coverlife, des allures de start-up

article paru dans l’argus de l’assurance du 27/05/2016

 

Nichée sous les combles des bureaux parisiens de Verlingue, Coverlife, la filiale dédiée à la distribution d’assurances santé et prévoyance pour les particuliers, est résolument orientée Web.

Nous réalisons plus de 10% de nos ventes en full digital. Et le traitement papier ne représente plus que 5% de l’ensemble du flux , explique son directeur général Sébastien Limousin, ancien de chez Direxi (assureur en ligne).

La structure réalise de la distribution directe d’assurance santé avec Cocoon, une plateforme lancée en 2015 et référencée sur sept comparateurs. Toutefois, ce mode de distribution représente un défi de taille.

Notre objectif n’est pas de disposer de l’offre santé la moins chère sur les comparateurs. Mais, il est compliqué d’y mettre clairement en avant les garanties et services additionnels. Notre défi est d’être le plus réactif possible, afin d’être les premiers à être en relation avec les prospects, argumente Sébastien Limousin.

Les plateaux sont en mesure de déclencher une relance (courriel, appel, SMS) 30 secondes après l’apparition d’un nouveau prospect . Le taux de conversion de Cocoon sur les comparateurs est alors de plus de 10 %, voire entre 15 et 20% pour certains acteurs. Coverlife souhaite maintenant élargir le panel de produits proposés, avec des assurances obsèques par exemple. Enfin, l’objectif de la jeune structure est de poursuivre le développement de ses deux autres axes stratégiques : la prolongation des garanties santé au bénéfice d’un ancien salarié en cas de rupture du contrat de travail et les partenariats plus classiques, réalisés à un peu moins de 50% en marque blanche. Car, contrairement à ses principaux concurrents, Santiane ou AcommeAssure, Coverlife s’est d’abord construit en nouant des partenariats avant de lancer son activité de distribution directe. Ses partenaires sont des compagnies d’assurance, des acteurs du crédit, du e-commerce ou de l’édition.

Nous cherchons des clients avec une appétence pour la prévoyance, précise Sébastien Limousin.

Avec ces piliers, l’objectif de Coverlife est d’être rentable d’ici 2017, tout en maintenant des investissements conséquents.

Notre principal défi tient à la jeunesse de notre structure : nous avons encore beaucoup de projets de développement en cours, résume Sébastien Limousin.

Or tous les tests ne fonctionnent pas du premier coup. Coverlife doit donc trouver son équilibre tout en conservant cet esprit d’innovation qui fait tout son attrait pour sa maison mère.

Coverlife

4 rue Berteaux Dumas
92200 Neuilly
Tel : 01 58 86 82 45
contact@coverlife.fr
12 rue de Kerogan
29000 Quimper
Tel : 02 98 76 92 40
contact@coverlife.fr